Médiation collective : définition et application

Une procédure de médiation en entreprise peut être mise en place de différentes façons. Selon le nombre de parties impliquées, la médiation collective se présentera comme réponse adaptée à un conflit commun. Voyons ensemble en quoi elle consiste, les conflits professionnels où intervenir, son but et les étapes de son bon déroulement.

Médiation collective : définition

On qualifie de médiation collective l’aide proposée par un médiateur pour résoudre ou prévenir un conflit qui implique de nombreuses parties de l’entreprise. Cette forme de médiation d’entreprise s’applique aussi à d’autres structures le cas échéant : établissements publics, associations, fondations etc. On parle ici de médiation collective car elle concerne un ou des groupes en rapport avec l’entreprise (ex : équipes de travail). Cette démarche prend par exemple tout son sens au-delà de 10 personnes concernées.

Que cette médiation soit inscrite dans la convention collective ou non de l’entreprise, elle permet de faire face à différents conflits, et voyons lesquels.

Les différents conflits en entreprise

La vie collective, à fortiori professionnelle, engendre parfois quiproquos, malentendus ou désaccords. Autant de situations qui peuvent se dégrader et se transformer en conflit larvé ou ouvert au sein de l’entreprise. Elles résultent par exemple de mauvaises relations entre les parties ou d’un problème organisationnel dans la société. Un manque de transparence et de communication peuvent aussi mener à des confits, de même que des conditions de travail insatisfaisantes. C’est d’ailleurs pour cela que l’environnement de travail joue un rôle primordial dans la prévention des conflits en entreprise. Mais quels en sont donc les différents types ?

On identifie tout d’abord le conflit type évitement. Dans cette situation, c’est le plus fort qui a l’ascendant sur le plus faible. Néanmoins, les parties impliquées ont tendance à s’éviter, d’où son appellation. L’animosité n’est alors pas remontée auprès des responsables hiérarchiques, ce qui engendre souvent une hausse des tensions. Les problèmes ne sont ouvertement pas formulés, ce qui a tendance d’ailleurs à mener au second type de conflit.

On aura ensuite le conflit dit d’affrontement. Celui-ci est donc moins « larvé », plus « frontal ». Un conflit ouvert, parfois qualifié aussi de bras de fer. Un rapport de force est ouvertement exercé en défaveur du plus faible. Une situation qui dégrade là aussi les relations professionnelles, personnelles mais aussi les conditions de travail.

Enfin, on distingue le troisième type de conflit à savoir le conflit confrontation ou dialogue. Une situation plus saine où les parties tentent de dialoguer. Cependant, les échanges ne sont pas toujours fructueux. On risque alors d’en revenir à un conflit d’affrontement.

Quel que soit le type de conflit, ces contentieux ne sont pas sans conséquences pour l’entreprise. Aussi, la médiation collective se présente comme solution quand ces conflits concernent un grand nombre d’acteurs de la structure.

Quel est le but de la médiation collective ?

Un conflit d’entreprise résulte d’une impossibilité à dialoguer convenablement. Aussi, la médiation collective a pour objectif majeur de rétablir ce dialogue nécessaire. Après tout, c’est grâce au dialogue qu’il est possible de prévenir ces conflits ou y remédier ! À condition de bénéficier d’un cadre qui y soit propice… Et justement, le médiateur intervient pour permettre aux différentes parties de s’exprimer librement.

Elles exposent leurs différends et préoccupations afin de trouver une solution commune et équitable aux problèmes soulevés.
Grâce à celle-ci, l’entreprise n’est plus « paralysée » et peut poursuivre ses activités dans les meilleures conditions qui soient.

La médiation collective en entreprise
NotreAccord vous propose justement de faire intervenir un médiateur en cas de conflits professionnels.
Que ceux-ci concernent des collaborateurs, la hiérarchie ou des partenaires externes à l’entreprise, la médiation collective contribue à établir un dialogue constructif. Il est alors possible de trouver un terrain d’entente entre toutes les parties, éviter un lourd contentieux juridique et lever les blocages engendrés par le conflit.

Je contacte un médiateur

Les étapes de la médiation collective

Afin d’être efficace, cette démarche de médiation collective doit suivre plusieurs grandes étapes. Il vous est également utile de les connaître si vous souhaitez solliciter un médiateur conformément à la convention collective de l’entreprise par exemple.

La première étape va être le contact avec un médiateur. La ou les personnes qui le sollicitent lui indiqueront l’objet de la demande et les parties impliquées.
Ensuite, vient la rencontre avec ces parties pour valider ou non cette future intervention du médiateur. Elle se déroule sous forme d’entretiens individuels ou collectifs avec un retour vers le médiateur et une décision d’effectuer ou non cette médiation.

Cette dernière est alors organisée avec généralement des entretiens individuels préalables. S’en suivent les sessions d’échange collectif où le médiateur intervient quand nécessaire. L’espace libre d’expression que permet la médiation collective invite les différentes parties à exposer faits, besoins, perceptions et états émotionnels liés aux conflits.

Une fois tous ces éléments exposés, parties en conflit et médiateur travaillent ensemble à la recherche d’une ou de plusieurs solutions.
En aucun cas le médiateur n’impose de solution. Il est l’intermédiaire qui permet aux parties de trouver la ou les solutions adéquates selon les problèmes concernés. Cette résolution passe donc par l’établissement d’un dialogue constructif où chacun peut s’exprimer librement et de manière structurée.

Enfin, la dernière phase de la médiation collective est le retour sur les actions menées. On vérifie l’efficacité de ce processus. Cette étape permet d’identifier si une autre phase de médiation est nécessaire ou non.



Aller au contenu principal